Pages

22.4.13

Les découvertes de la journée de la Terre

Y aurait-il un septième contient?
Le réchauffement climatique demeure à l'ordre du jour depuis la canicule 2003. En effet, on discute de plus en plus au travers de grandes conventions, malgré le manque d'objectivité de beaucoup d'entre elles, ce que deviendra notre planète dans les années qui viennent. Les autorités n'arrivant pas à un consensus et les scientifiques n'étant pas trop sûr si l'actuel réchauffement climatique est dû à une nouvelle ère glaciale ou à l'industrialisation massive du XIXè siècle, voici qu'un nouveau contient commence à faire du buzz et inquiéter les autorités, ainsi que les habitants de l'Océan Pacifique.
Il est certes vrai que l'on avait le souci à cause de la mort des tortues intoxiquées par des plastiques arrosés dans les océans. Et pourtant, l'annonce d'un continent-plastique qui aurait plus de 3 millions de km², soit 7 fois la France et la moitié d'Australie, est une nouvelle des plus préoccupantes.
Pour obtenir d'autres informations, cliquez sur l'image ci-contre, ou regardez ce reportage paru sur Arte il y a quelques semaines.
Les risques ne concernent pas que la vie marine. Toute la chaîne alimentaire, l'homme étant le plus gros prédateur confondu, est en danger. Toutefois, comme le continent vagabonde selon varient les courants, les gouvernements font semblant de ne rien voir, en faisant même sourde oreille à ceux qui dénoncent. Comme toujours! Sur cela, rien de nouveau.



Laurent Authier, responsable de ce post, fait sonner l'alerte:
"Découvert en 1999 par le navigateur américain Charles Moore, ce qu'on appelle le 7ème continent est un gigantesque amas de déchets, situé entre les côtes de Hawaï et l'Amérique du Nord.
Ces millions de tonnes de plastiques s'amassent sur une superficie estimée à 3,4 millions de km² selon le Cniid (1), équivalant à plus de six fois la France. Ce « continent » s'est progressivement formé dans l'océan Pacifique Nord, récoltant et concentrant via les courants marins des déchets provenant d'Asie du sud-est et d'Amérique de l'Ouest. La catastrophe de Fukushima aurait contribué, à elle seule, à l'ajout de trois millions de tonnes de déchets.

De par sa position dans les eaux internationales, lesquelles appartiennent à tous ou à personne au gré des nécessités, chacun se dédouane de ce problème qui ne cesse de grossir. Pourtant, l'impact sur l'environnement, et notamment la faune marine, est réel (contamination de la chaîne alimentaire etc.).
Aussi, l'association OSL (Ocean Scientific Logistic) a mis sur pied une expédition, visant à évaluer l'impact de ce condensé de pollution. Afin de le sensibiliser, elle tiendra le public informé de ses recherches via un blog dédié (2). Seules deux expéditions scientifiques américaines se sont déjà rendues sur place, respectivement en 2006 et en 2009. Selon OSL, si rien n'est fait, dans 20 ans, ce continent sera aussi grand que l'Europe."

Grâce à l'importante collaboration de Lelê Teles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire